Ronda BAUTISTA

Ces maisons sont comme ça...
du 21 mai au 18 juin 2016

La boutique parisienne Agatha RUIZ DE LA PRADA en collaboration avec la galerie UNA implantée depuis fin 2013 à Limoges présente l’artiste espagnole Ronda BAUTISTA. Née en 1984 à Talavera de la Reina (Tolède) elle vit et travaille en Pologne à Cracovie depuis 2005.

Elle étudié à l’école des Beaux-Arts de Cuenca, puis à l’école des Beaux-Arts de Pontevedra où elle a effectué des études de Doctorat.

Elle expose régulièrement en Espagne et en Pologne. Elle est lauréate de nombreux prix de Peinture de différentes villes de son pays natal. A Cracovie elle collabore souvent avec l’Institut Cervantes pour réaliser des ateliers artistiques pour des enfants.

Les oeuvres exposées dans la boutique sont des dessins, des tableaux ainsi que des objets en carton sur le thème de la maison, de sa série « Casas » ainsi que certains dessins et tableaux avec le thème de la ville.

A son installation à Cracovie, elle a retranscrit ses impressions de la ville sur des toiles, par des compositions de fragments urbains retenus de ses promenades, ou observés depuis son domicile. Ce travail fait appel à un exercice de mémoire, mémoire qu’un regard sélectif vient alimenter, et résulte sur un jeu de collage où les souvenirs de la ville s’assemblent dans ses peintures pour créer de nouveaux paysages, souvent oniriques. Au cours de ses pérégrinations, Ronda Bautista cherche à poser son regard sur un environnement citadin assez simple : murs un peu détruits, façades rongées, mobilier urbain, bâtiments quelconques détachés sur des morceaux de ciel, autant d’éléments sur lesquels on prête peu d’attention et qui pourtant dégagent pour l’artiste une « beauté indescriptible », qu’elle s’attache à retranscrire dans ses oeuvres. Arrachés de leur contexte, ces éléments apparaissent comme les fossiles d’une activité humaine, et s’observent aussi bien pour les symboles que chacun peut y projeter, que pour leur distinction purement formelle.

A travers une approche sémiologique de l’espace, le travail de Ronda Bautista propose une réflexion sur la ville, dont elle tente de révéler les signes imperceptibles, fragiles et pourtant éloquents, tout en cherchant à en souligner les utopies cachées. La figure humaine y est totalement absente, seules ses traces fantomatiques sont perceptibles, laissant une impression légèrement inquiétante que vient réconforter une palette de couleurs toujours douces.

Les oeuvres de la série « Casas / Homes » (2013) sont une réflexion sur le concept de foyer, son idéalisation, et l’utopie de chercher ou posséder une maison parfaite. Rappelant ironiquement les codes rassurants d’un univers enfantin, ces peintures représentent des maquettes de maisons en carton comme des habitats précaires, inutiles et illusoires. L’apparence précaire de ces petites architectures faites de matériaux pauvres contraste avec le parti pris coloré et la dimension décorative de ces tableaux.